impressum | plan de situation | contact
Intra-Muros - Extra-Muros

25 toiles de 2,5 x 2,5m

accrochées au coeur de la ville dont celle de Joe Boehler

Du 2 avril au 22 mai 2005
mardi à dimanche de 14 à 18h

Accueil > La fondation > Joe Boehler > Yverdon-les-Bains

Peinture à rebours

Ses dernières recherches techniques ont conduit l’artiste vers ce qu’il appelle la peinture à rebours. Le dessin sur la toile est doublé d’un autre sur une surface transparente. Le fait que la surface peinte du verre soit tournée vers la toile rend cette technique encore plus complexe car l’effet définitif du tableau contient le reflet-miroir de ce que l’artiste avait présenté sur le verre. C’est d’ailleurs pour cela que le miroir est un allié incontournable des derniers travaux de Joe : il peint à rebours l’image vue dans le miroir.

Le résultat de ces expériences techniques permet d’enfermer sur la surface d’un tableau une incroyable richesse de notions et d’exprimer avec une exactitude frappante la spécificité de notre époque contemporaine.

L’idée est née du spectacle qui s’offre à l’artiste chaque matin dans le train l’amenant au travail : le reflet du visage d’un passager inconnu sur la vitre de la fenêtre se superposant au paysage défilant derrière à grande vitesse. Un spectacle composé d’éclairs, d’images éphémères, de jeux de formes et de couleurs toujours en mouvement, toujours changeantes, de contextes différents, n’ayant rien en commun, croisés par hasard le temps d’une fraction de seconde. Le dessin est flou, rapide, comme pas fini, les couleurs débordent, se mélangent.

La transparence du verre donne de la profondeur et du relief aux tableaux, mais permet aussi de voir l’image en mouvement, car au fur et à mesure que le spectateur se déplace devant le tableau, certaines couleurs apparaissent, d’autres se cachent, des formes se transforment, se rencontrent pour en créer d’autres. De surcroît le spectateur se reflète lui-même sur la surface du verre en ajoutant une troisième dimension à cette composition.

L’artiste attire l’attention du spectateur aussi sur une autre signification de ses derniers tableaux : la rencontre du monde et de son revers ou autrement de la vie et la mort. L’illustration de cette rencontre est le Huit Eternel (théorie présentant la mort et la vie comme les deux faces du même phénomène) ou le monde impossible de M.C. Escher. Les deux surfaces peintes des Ephémères de Joe Boehler semblent continuer cette recherche eschatologique au travers de moyens graphiques. Il traverse symboliquement la surface du miroir pour explorer un autre monde, celui de son inconscient. Pour y accéder il utilise ici une sorte d’écriture inconsciente et automatique, mais à la place des mots gravés si présents dans sa série des « Bleus », on trouve des taches de couleur dont l’apparition spontanée soumise uniquement aux règles du hasard et de la nécessité inconsciente leur donne une signification particulière dans ce qu’il appelle « l’abstraction lyrique ». Ainsi Joe laisse parler un « autre ailleurs » à travers ses toiles et il découvre les aspects méconnus de sa propre personnalité ainsi que le revers de la réalité qui l’entoure.

Dorota Niedzwiecka

Du 2 avril au 22 mai 2005
mardi à dimanche de 14 à 18h
25 toiles de 2,5 x 2,5m
accrochées au coeur de la ville dont celle de Joe Boehler

Oeuvres réalisées


Voir plus >