impressum | plan de situation | contact
Morose foncé

Daniel Fazan

le 25 mai 2007 à 18h30 à l'Atelier-Galerie ABpi

Accueil > Activités > 2007 > Morose foncé

Biographie

Première fiction romanesque de Daniel Fazan, cette plongée vertigineuse dans l'Art contemporain, ses fonctionnements et ses mensonges, décrit au scalpel la vengeance d'un artiste trop longtemps muselé par l'indifférence, frustré de succès et de reconnaissance.

Parabole contemporaine de la puissance créative de l'argent et des infinies possibilités qu'offrent les nouvelles technologies, ce roman est un coup dans l'estomac. Il fustige une société inconsciente des dangers que représentent les marginalisés qu'elle engendre. Dans le domaine de l'Art et dans tous les autres.

Homme de radio à la RSR, Daniel Fazan, après Faim de vie publié sous le pseudonyme de Casimir K. s'affirme en romancier avec une maîtrise incontestable.

Que s’est-il passé dans la vie de cet homme ?

Né en 50, le siècle passé, il sait dès l’âge de 15 ans qu’il mènera une vie artistique, car aucune autre ne pourra lui plaire.

Tour à tour décorateur en horlogerie-bijouterie, graphiste, décorateur de théâtre, costumier de spectacles, il devient à 30 ans - pour lutter contre une timidité paralysante - animateur de radio. Radiothérapie donc... à Couleur 3 puis La Première de la RSR.

Il fait encore un peu de TV, de la peinture et s’expose.

Autodidacte en presque tout, il se lance... et ne se rattrape pas toujours.

Intervieweur, producteur d’Intérieurs et, encore et aussi de Premier Service l’émission gastro-alimentaire de La Première, il n’y croit toujours pas... complètement: il a perdu sa timidité au-delà de la cinquantaine. Enfin ça de fait !

En 2002 sous le pseudonyme de Casimir K. il écrit "Faim De Vie" paru aux Editions de L’Aire. Récit autobiographique, salutaire et thérapeutique, qui le remet en confiance et en selle pour les cinquante années à venir...

Printemps 2007, parution de son premier roman "Morose foncé", le journal intime d’un peintre raté et grand manipulateur qui, avec le succès venu tardivement, se venge d’anciennes et indélébiles frustrations. Traître trahi, le sombre héros de ce roman est totalement antipathique.

Son auteur est définitivement guéri.

De plus il prépare, pour dans un avenir proche, des apparitions scéniques inattendues, mais lesquelles ? Il n’en dira pas davantage....

Performance

Ce 25 mai, vous avez été plus d'une centaine de peintres, amateurs ou professionnels, à participer à l'élaboration de la grande fresque finale par votre coup de pinceau.

 
 
 

L'auteur sera accompagné par

Joe Boehler, antiperformance
François Allaz, antimusique
Bernard Amaudruz, son

Autres photos


Voir plus >