impressum | plan de situation | contact
Symphologic

en concert digital

Samedi 25 juin 2005 à 21h00

Accueil > Activités > 2005 > Symphologic

Galerie ABPi
Plan d'accès

Entrée libre, inscription à confirmer

  • Ben Merlin et Guitos (Fabrik)
  • Nicolas bonstein
  • Lee Maddeford
  • Jean-Philippe Zwahlen
  • PA Aebischer
  • Bruno Deville
  • Roland Vouilloz
  • Bernard Amaudruz

La quête de la démesure

Une pincée de sens de l’humour et une pointe d’autodérision : les membres de Symphologic ne se prennent pas au sérieux, et pourtant leur musique, c’est du sérieux ! Ils partent à la découverte du nouveau et ce dont ils sont sûrs, ce que ce n’est pas avec des moyens conventionnelles qu’on peut obtenir des résultats innovants. Ils font monter sur scène quelques instruments acoustiques, ils chantent même au micro, mais ces sons ne sont que le départ et le matériel de base de multiples transformations digitales.

Lors du concert donné dans les locaux ABPi, samedi le 29 juin, les cyber-musiciens ont choisi trois compositions, dont la trame générale est prédéfinie, mais le contenu exact ne dépend que de l’inspiration du moment. Prenons l’exemple de Cadavre exquis. Le petit texte explicatif distribué au public avant le concert nous dit qu’il sera composé de boucles d’une durée de 32 mesures à 120 BPM, et… c’est tout ! Le reste - qui interviendra, quand et comment est une pure improvisation, Il s’agit, comme ils disent, "des territoires inconnus de la chance, du hasard et de la coïncidence".  C’est la synergie entre les huit maîtres du clavier, mais aussi entre eux et le public, le lieu, le temps qui génère ce dialogue musical.

Nous avons donc entendu le concert unique composé de sons accélérés, entrecoupés, répétés par les ordinateurs, des sons synthétiques et rythmiques. Ils épousaient les bruits d’instrument traîné par terre sur scène ou d’autres provenant de la salle, pour créer l’illustration musicale de ce moment précis. Nous avons aussi vu des images projetées sur le mur derrière la scène, des images retravaillées comme des sons, répétées en boucle, rembobinées, ralenties, figées.

Cette démarche moderne exige aussi un spectateur moderne, un spectateur ouvert d’esprit, qui sera capable de se rendre sensible à "la magie de l’inattendu" en mettant de côté ses notions intellectuelles d’éducation musicale, un spectateur qui simplement se laissera aller pour entrer dans "l’univers élégant de Symphologic".

Dorota Niedzwiecka

Quelques photos du concert

 
 

Pour cette fête de la St-Jean
et l'arrivée de l'été 2005
Sept
Sculpteurs de sons
vont se battre et se débattre
à coup de gouge d'ordinateur,
dans une folie où la musique
sera située au premier plan.
Ainsi parlèrent
Les ordinographeurs,
Bâtisseurs du temple allemand

En savoir plus