impressum | plan de situation | contact
Les cartographes

Vernissage du CD

Les Cartographes

Entre jazz et musique contemporaine

Jeudi 9 juin 2005 à 20h00
Vendredi 10 juin 2005 à 20h00

Accueil > Activités > 2005 > Les cartographes

Les musiciens

François Allaz
Guitare/composition
Isabelle Hornung
Violon
Sara Oswald
Violoncelle
Jocelyne Rudasigwa
Contrebasse
Béatrice Zawodnik
Hautbois, cor anglais, hautbois baryton
Bernard Trinchan
Trombone, euphonium, trompette basse, saqueboute
Bernard Amaudruz
son
 

Les photos

 
 
 

Pendant et après

La magie était là pendant ces deux soirées estivales quand Les Cartographes vernissaient leur premier disque : Par un terrier de girafe. Un sextet de musiciens sur une petite scène en bois face à une cinquantaine de spectateurs dans la pénombre de la salle et la musique qui les lie les uns aux autres, et le plaisir grandissant qu’ils partagent et l’aventure qui commence pour tous.

La musique des Cartographes est conçue comme un dialogue de cultures, celle de la musique classique et celle du jazz et les jeunes musiciens semblent parfaitement à l’aise dans cette recherche sonore. Les compositions de François Allaz leur donnent la possibilité d’exprimer la maîtrise de leur instrument, mais aussi leur créativité artistique. Des passages « libres », quand le violon d’Isabelle Hornung ou le violoncelle de Sara Oswald prend le relais pour improviser sur les motifs donnés ou quand le dialogue s’anime entre le hautbois de Béatrice Zawodnik et la contrebasse de Joycelyne Rudasigwa, permettent d’imprégner la musique de la personnalité de chacun des artistes et donnent un aspect unique à chaque réalisation. D’ailleurs Bernard Trinchan – "maître de la tuyauterie" reconnaît que c’est cette participation au processus créatif qui rends si agréable et motivant le travail avec François Allaz.

Bref, les 9 et 10 juin, les artistes rayonnaient, jouaient avec passion en y prenant manifestement un grand plaisir, ce qui se reflétait dans le public. Leurs sourires, les petits signes qu’ils se donnaient comme pour se saluer, ajoutaient une chaleur humaine à cette rencontre musicale.

Après le concert, Danièle Fleury dans son one-man-shop distribuait l’enregistrement du disque, la tête de série, numérotée et signée par des musiciens. Un petit souvenir à emporter à la maison pour prolonger la belle ambiance de la soirée et débuter la collection, car on espère vivement que Les Cartographes ne s’arrêteront pas là en si bon chemin.

Et n‘oublions pas la suite de ces belles nuits placée sous le signe de l’excellence culinaire de Joe. Sa mousse aux petits pois à la menthe, son risotto aux crevettes ou le thon cru resteront à jamais gravés dans notre mémoire gustative.

Dorota Niedzwiecka

Les cartographes
par un terrier de girafe

de l'écrit, de l'impro,
du hasard et du possible,
du magique et du calcul,
de l'improbable, de l'hypnotique,

un pique-nique très cosmique,
avec Jules Verne et Kandinsky,
André Delvaux, Erik Satie,
et des inconnus aussi,
qui skiaient par ici,
un pique-nique très cosmétique,
un pique-nique très zotérique.