impressum | plan de situation | contact
A dix mains et cinquante doigts

Concert-Performance
le 12 novembre à 20h00
Lausanne, Galerie ABpi

Accueil > Activités > 2005 > A dix mains et cinquante doigts

Fanny A. et Joe Boehler, Sculptures
Arvey Boone et Jean RochatPercussions

Claude Robert
, Voix
Bernard Amaudruz, Pierre-Alain Vannaz, Sons

Entrée libre mais réservation obligatoire

La guillotine de l’art

12 novembre 2005, huit heure trente précise, les lumières de la galerie ABπ s’éteignent pour laisser place à un scintillement des minuscules flammes d’innombrables bougies. Disposées autour de bustes féminins en plâtre peuplant l’espace, elles leur donnent une esquisse de vie, une illusion de souffle et de frissons charnels. C’est par ce jeu d’ombres et de lumières créant l’ambiance que le spectacle commence.

Les premières notes viennent du dehors. Devant la porte, Jean Rochat et Arvey Boone  face à trois Têtes de Fanny A montées sur des tuyaux musicaux, invitent les esprits de la nuit. Puis armés d’instruments à vent, ils pénètrent dans la salle et errent parmi le public. La distance séparant habituellement les occupants de la scène et le public est brisée, elle n’a plus de raison d’être. C’est bien cela le message de Jean Rochat qui bien que percussionniste mondialement reconnu avoue aimer jouer avec des non professionnels. "L’art est une forme de communication, il doit être compréhensible pour tous, il doit  nous approcher, nous lier. La virtuosité mets une couche d’isolation.".

Cependant la scène, ou plus que celle-ci, la moitié de la salle est occupée par des objets particuliers éveillant la curiosité. Des constructions faites de tubes, de fils, de boîtes et de manivelles, dont les noms : "androlude", "hippophone", "râteau magique" aussi mystérieux que la forme, ne dévoilent rien de leurs affectation. Et pourtant ce sont les instruments de musique, des "sculptures musicales" de Arvey Boone. A corde, à vent et à percussion, ces instruments aux sons riches, composés plutôt d’accords que de notes, seront des outils des musiciens pendant le concert de ce soir.

Une sombre voix de velours déclare : "La guillotine est le chef-d’oeuvre de l’art plastique" et voici le public invité à suivre le découpage de la matière menant à l’apparition de deux têtes. Aux coins opposés de la salle Fanny et Joe, concentrés chacun devant un bloc de terre noire, se laissent emporter par la musique, par les récitations de Claude Robert et sculptent chacun une tête. Le résultat de cette expérience sera déroutant.

Durant presque une heure, cette magie se poursuit : Jean avec Arvey jouent en passant avec souplesse d’un instrument à l’autre, ils font découvrir aux présents des mondes inconnus d’impressions auditives. Claude chante des poèmes de Cendrars et de Chessex et sous les yeux étonnés des spectateurs apparaissent petit à petit deux visages noirs.

Ces sculptures sont des témoignages surprenants de la diversité de tempérament et de sensibilité artistique de Fanny et Joe. Crées en même temps, dans la même matière et sous l’impact de la même musique et poésie, elle sont diamétralement différentes. Fanny, ayant trouvé les sons tristes, presque douloureux, a donné à sa sculpture un aspect enfermé, figé, parfaitement lisse et inapprochable. Joe crée un monstre extraterrestre avec deux paires d’yeux, un crâne ouvert et des traits de visage criant de colère.

Laquelle des deux correspondait plus à l’ambiance du soir ? Les avis sont partagés…

Dorota Niedzwiecka

Photos de la performance

par Michel Vonlanthen

 
 
 
 

En savoir plus

Plus de photos